mardi 1 octobre 2013

La Crypte Tonique occupée

Je vous ai déjà parlé de la Crypte Tonique, ce formidable magasin/magazine malheureusement bien trop discret axé sur l'image et la bande dessinée. Loin d'une analyse théorique alambiquée, c'est surtout l'occasion de découvrir des livres grâce au regard pertinent et pointu du tenancier du lieu
Pour rappel, tous les deux mois, Philippe Capart sort un numéro thématique de la Crypte Tonique et en profite pour exhumer de sa cave quelques pépites, en rapport avec le sujet bien sûr. En résulte une vitrine dépouillée  qui permet de se concentrer sur des ouvrages qu'on aurait peut-être pas vu s'ils étaient noyés dans la masse.
N'hésitez pas à pousser la porte, l'ours ne mord pas et est vraiment intéressant!

Le numéro de septembre/octobre 2013 est consacré à " la narration graphique pendant l'occupation" et...j'en ai fait la couverture.


Une fois n'est pas coutume, comme il s'agit de parler d'images, je vais vous raconter la recette de mon illustration, images à l'appui, chose que je ne peux pas toujours faire vu que je jette en général tout mes brouillons. 
Alors voilà: par un beau jour de fin de l'été, Philippe Capart me demande si je ne veux pas faire un dessin pour illustrer un de ses article. Il s'agit de montrer une presse complètement à l'arrêt à cause d'un imbécile de dessinateur en retard sous l'occupation. Une imprimerie, des costumes Hugo Boss, de quoi m'amuser, chouette! Philippe me montre un mini-crobard de son idée, avec des gags. Je le photographie dans ma tête et rentre chez moi m'atteler à la tâche. J'oublie de préciser que, évidemment, c'est urgent!
Allez hop, hey ho, let's go!

En général, je n'aime pas montrer les crayonnés car le dessin final sera toujours fort différent, les idées se rajoutant lors de la mise au net, mais bon, je lui envoie pour approbation et...Philippe n'approuve pas du tout, argh!
On ne sent pas l'oppression et la machine à l'arrêt, à cause de l'ouverture vers l'extérieur au fond de l'image, le dessinateur a un certain confort qu'il n'envisageait pas (je dois avouer que ça m'embêtait aussi de le mettre sur une table dans l'atelier ) et il y a un ouvrier qui s'active alors qu'il ne devrait pas. Foi d'ancien conducteur offset, je sais pourtant qu'on profite des rares moments de flottement pour faire tout ce qu'on a pas le temps, comme remplir les encriers, graisser la machine etc. 
Dans ce cas, il ne s'agit pas d'être réaliste mais faire passer une impression. Tenant compte de cette remarque constructive, je retourne à la tâche. Comme j'ai envie de faire ce dessin, des crayonnés, il n'en verra plus, j'ai vais directement faire au net...et en couleurs. Et si ça ne va pas, tant pis, au moins j'aurai fini le dessin. Voilà ce que je lui envoie. J'ai opté pour une tonalité verdâtre pour rappeler les couvertures de  "Signal" que j'avais en tête.


Super! Philippe trouve ça super!!! Et il envisage la mettre en couverture, c'est Noel avant l'heure.
Un petit bémol, le bonhomme à l'avant-plan focalise l'attention sur lui. Ne pourrais-je pas faire quelque chose? Sinon, tant pis c'est pas grave. Magie de l'informatique, je redessine l'avant-plan et l'intègre dans le dessin, ce qui n'aurait pas été possible si j'en étais encore à l'écoline même si ça me manque parfois.


Je suis super fier d'être en couverture, plutôt bien content de mon dessin (même si deux-trois petits trucs me dérange) et, passant du côté de la Crypte Tonique, je vais aux nouvelles et vois la maquette. Philippe s'excuse, ils ont supprimé les couleurs pour être plus dans l'esprit de "Signal". Ben oui, quel imbécile je suis, Signal n'est pas vert mais noir et blanc! Je trouve que ça rend très bien, la maquette est parfaite et le contenu vraiment intéressant. Courrez-y, il parait qu'il offre un verre de limonade mais je n'en ai jamais vu la couleur!

Merci pour votre attention. Tout cela a l'air bien simple, dans la réalité ce sont des tonnes de papier et des litres d'encre de chine qui ont finit à la poubelle mais je vous épargne les traces de mon empreinte écologique lamentable. Une couverture qui m'a toujours fascinée, petit, c'est la description pharaonique de cet album écrite en dessous. Je croyais que c'était exagéré, mais pas tant que ça, pas tant que ça...

NB: Aux experts en imprimerie, je n'ai jamais travaillé sur les presses à bobine et les documents sont rares. J'ai fait un mix entre plusieurs machines, pardon pour les fautes flagrantes.
Pour les experts en costumes, je me suis basé sur l'excellent "Eux et nous" de Edmon Hotton et Bizuth, ouvrage revanchard, bien que compréhensible, sorti en 1944 à la libération (Bruxelles). Je l'avais découvert chez Walthéry, lors de notre interview dessinée pour la Crypte Tonique #6 et dégotté...à la Crypte Tonique!!




2 commentaires:

  1. dessin extraordinaire ! s'il est à la hauteur du contenant j’achète !

    RépondreSupprimer
  2. Le contenu est rempli de texte et d'illustrations durant la guerre.On y trouve du Superman, du professeur Nimbus, de la science fiction utilisée pour faire passer des messages subliminaux, de la bande dessinée flamande sous l'occupation, de la punaise gaspilleuse...un très bon numéro si on s'intéresse à l'histoire! (et la couverture est pas mal) ;)

    RépondreSupprimer